« J’ai pas le temps. »

Hello !

Aujourd’hui, nous sommes le 21 juillet. Déjà ? Seulement ? Le temps passe à une vitesse spéciale en ce moment, je n’arrive pas à définir s’il passe vite ou lentement. Le rythme d’un article par jour doit y jouer pour beaucoup aussi, dans cette faible distorsion du temps, qui fait passer vite mes journées, mais qui me demande une créativité et une efficacité conséquentes et constantes. C’est comme un travail à temps plein, sur lequel il faut ajouter un véritable contrat de travail à assumer en parallèle. C’est difficile, mais faisable. Ça demande une véritable optimisation du temps, et une organisation sans faille. Autant vous dire que c’est chose compliqué en ce moment.

Mais je me dis que je ne peux pas lâcher. Je suis si proche du but, si proche de réussir ce défi de création et d’écriture, que de ne pas l’atteindre serait un « crime ». Je ne me permets pas de me dire « j’ai pas le temps ».

« J’ai pas le temps. »

J’ai entendu cette phrase tellement de fois dans ma si petite vie, et je l’entends encore presque tous les jours. Ne pas avoir le temps, qu’est-ce que ça veut dire ? Que le temps s’est arrêté ? Qu’il n’est plus disponible ? Qu’il n’y en a plus ?

Mais ne décidons-nous pas comment organiser nos journées ? Bien sûr, nous avons nos impératifs : il faut aller au travail, s’occuper de ses enfants quand on est parent, gérer des imprévus, et j’en passe. On a évidemment tous un tas de choses à faire tous les jours. Mais du temps, nous en avons. Nous pouvons nous lever plus tôt, nous pouvons nous coucher plus tard, nous pouvons d’utiliser la pause déjeuner du boulot pour lire quelques pages du livre qui dort sur la table de chevet depuis des mois, pour écouter un podcast, « mais si tu sais l’épisode qui est sorti il y a 3 semaines j’ai pas eu le temps de l’écouter », ou tout simplement pour se relaxer.

Tout ça me fait penser à la pression que l’on peut se mettre au quotidien dans nos vies. Nous vivons constamment sous pression, nous avons constamment des choses à faire, des devoirs à remplir et des problèmes à gérer. Nous vivons à 100 à l’heure. Nous vivons au-dessus.

Et si le temps d’une heure, on lâchait prise et se recentrait sur nous-mêmes ?

Prenait le temps de respirer ?

Prenait le temps d’admirer le ciel ?

Prenait le temps d’écouter le chant des oiseaux ?

Certains diraient que c’est du temps perdu, je dirai plutôt qu’à vouloir aller trop vite, à vouloir faire trop de choses, c’est à côté du temps qu’on passe. À côté du temps lui-même. Ne même plus le sentir filer. Ne même plus le considérer.

Et vous ? Vous prenez le temps de prendre le temps ?

Bien à vous,

Sarah

11 commentaires sur “« J’ai pas le temps. »

  1. Dans une société qui nous propose l’hyper-performance constante comme mode de vie on ressent forcement le manque du temps. Il faut être à 100% au travail, en famille, avec les amis…parfois même dans nos passetemps. Du coup l’épuisement maladif, le « Burn Out », est juste derrière le coin : il se frotte les mains en sachant que, si on lâche pas prise, il pourra nous compter parmi ses victimes.
    C’est sournois ce mode de vie basé sur l’hyper-perfomance : plus on est performant, plus de résultats on obtient, plus on s’illusionne que notre valeur est reconnue.
    Par fois il faut un shock pour se rendre compte du danger : l’arrivée d’un enfant, un déménagement, une vie de couple qui commence ou qui se termine.
    Me concernant c’est justement l’arrivée de ma fille… ou plutôt la reprise de ma vie après le congé parental qui m’en a fait prendre conscience.

    Aimé par 2 personnes

  2. C’est très difficile d’être sur tous les fronts, tout le temps, à tout moment. Tu parles d’hyper-performance, c’est tout à fait ça. Il faut être là, efficace, partout, tout le temps, dans tous les domaines : et c’est très difficile de jouer sur tous les tableaux. Est-ce que c’est possible en fait ?
    C’est très sournois, pour reprendre tes mots. On tire tous les jours un peu plus sur la corde, qui peut briser à tout moment.
    Je pense qu’on devrait tout de même savoir se ménager aussi, s’accorder du temps pour les choses qui nous feraient du bien. S’accorder du temps pour profiter de sa famille, de son enfant comme tu le soulèves si bien. Juste, lâcher un peu la bride sur certains fronts. C’est bien souvent nous-mêmes qui nous mettons une pression monstrueuse au-dessus de la tête finalement, non ?
    Merci pour tes mots et ton expérience, je te souhaite une belle journée 🤗

    J'aime

  3. Hello !

    Je suis comme toi, et je ne me rends pas compte qu’on est déjà fin juillet. Le confinement m’a complètement décalée, et l’été va passer sans même que je ne l’ai remarqué.

    En ce moment j’avais justement l’impression de manquer de temps, mais aussi de me laisser envahir par des choses futiles. Alors ni une ni deux, j’ai décidé de réduire le temps passé sur les réseaux, de mettre des minuteurs d’application sur mon téléphone, mais aussi d’envoyer moins de messages.

    Je vais essayer de profiter de ce temps pour lire, dessiner, m’ennuyer aussi. C’est tellement important.

    Des bisous

    Aimé par 1 personne

    1. Hello !

      Merci pour ton « retour » sur le temps qui passe. Profite de ton temps pour faire ce qu’il te plait, et comme tu dis, s’ennuyer c’est important aussi !

      (J’en profite pour te dire que j’avais répondu à ta demande de participation au juillet créatif, mais je n’ai pas reçu de réponse 🤔)

      Passe une belle journée,
      Des bisous 😘

      J'aime

  4. Floram a effectivement très bien résumé le sujet.
    Entre les enfants, le travail (les heures supp…beaucoup), le temps de trajet matin et soir et toutes les corvées afférentes à la maison et avoir un semblant de vie sociale quand même, les journées sont parfois beaucoup trop courtes pour faire tout ce qui était planifié…Et ça me retourne le cerveau car j’ai comme une sensation « d’échec » de ne pas avoir réussi la performance d’y arriver. J’ai beau avoir lâché prise sur certaines choses (je tente de soigner ma maniaquerie lol), il m’arrive souvent de manquer de temps et ce même en me levant très tôt et en me couchant tard, ce rythme va un moment mais après on s’écroule ^^
    Bisous

    Aimé par 1 personne

    1. C’est difficile d’être à 100% sur tous les fronts … pour ne pas dire impossible. Nous sommes humains , et nous avons nos limites.

      Tu soulèves un point important : le lâcher prise.

      Plus facile à dire qu’à faire … J’ai du mal à l’instaurer dans mon quotidien. Je tente aussi de calmer ma maniaquerie 😂

      Merci pour tes mots.

      Aimé par 1 personne

  5. J’aime la réflexion que cet article apporte.
    Faut il formuler « j’ai pas le temps » ou « je n’ai pas pris le temps »…
    je pense que l’un et l’autre sont vrais et s’appliquent dans différents cas. l’idée de faire attention aux mots, de parler en conscience me séduit depuis longtemps. Un peu comme pour un repas entre « c’est pas bon » et « ce n’est pas à mon goût »
    Différence subtile mais tellement importante. Je vais essayer durant les jours à venir de mesurer mon propos. « J’ai pas (pris) le temps » 🙂

    Aimé par 1 personne

  6. Hello, encore un très bel article, bon courage tu tiens le bon bout plus que 6 jours!
    Je suis à 100% pour mon travail, j’embarque du travail à la maison et autre mais je prends toujours du temps pour me reposer, regarder un film ou autre c’est important pour l’esprit 🙂
    bonne journée

    Aimé par 1 personne

Répondre à Aliasmorticia Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s